Deep Weather, 2013

agrandir l'image

Ursula Biemann, Deep Weather, 2013

« Mon travail s’est consacré, ces dernières années, au pétrole et à l’eau : ces deux liquides primordiaux produisent des changements profonds au plan de l’écologie planétaire et forment, pour cette raison, les contre-courants sous-jacents à chaque narration portant sur des questions d’écologie. Dans Deep Weather, je connecte l’exploitation sans limite des ressources fossiles - avec son impact toxique sur le climat - et les conséquences que de telles pratiques ont sur la vie de groupes humains établis dans des zones reculées du monde. La première partie de la vidéo porte sur l’extraction du sable bitumeux au milieu de la forêt boréale au nord du Canada. La seconde partie expose les conséquences de la fonte des glaces dans l’Himalaya sur le rehaussement du niveau des mers, ainsi que les désastres géothermiques et les événements climatiques extrêmes qui se produisent à l’échelle planétaire. Ceux-ci déterminent notamment les conditions de vie des populations au Bangladesh, où le film documente les efforts gigantesques consentis par les habitants dans l’érection de digues de protection en boue. »
 

Bio

Ursula Biemann
(1955, Zurich) vit et travaille à Zurich.
Artiste, écrivaine et vidéaste, elle étudie à la School of Visual Arts et le Whitney Independent Study Program à New York. Son travail artistique a été consacré par de nombreuses rétrospectives à travers le monde. Actuellement, elle est chercheuse à Zurich University for the Arts ZHdK et Michigan State University, Lansing. Nommée Docteur Honoris Causa ès Humanités par l’Université Umea, Suède, Ursula Biemann reçoit le Prix Meret Oppenheim en 2009.

www.geobodies.org